METAPHORE DE LA CALECHE

Cette image est simple et montre pourtant de façon complète la relation entre les différentes parties de notre être: notre corps, notre être, notre mental et nos émotions, avançant ensemble sur le chemin de la vie.

 caleche cocher chevaux émotions mental être intérieur

 

Cette calèche représente notre corps physique

Il nous emmène sur le chemin de la vie, de notre naissance à notre mort, et subit les aléas de la route, plus ou moins facile selon le chemin choisi, ou la route que nous avons à parcourir.

Il est plus ou moins résistant, et bien sûr nous devons prendre soin de lui pour qu'il reste solide et parcoure la route la plus longue possible.

 

Les chevaux symbolisent nos émotions

Et en effet, nos émotions nous donnent de l'énergie, et comme les chevaux qui tirent la calèche, elles nous font avancer.

Elles peuvent être positives, comme la joie qui nous donne des ailes et envie de foncer, ou considérées négatives, comme la peur qui nous fait ralentir, hésiter, parfois stagner, ou même avoir envie de reculer.

Chacune nous donne des informations, car elles réagissent aux différents chemin, selon leur facilité, les obstacles, pentes, trous ou dangers. Le risque est qu'elles s'emballent, nous fassent sortir du chemin, ou endommagent la calèche.

 

Le cocher est notre mental

Nous avons besoin de lui pour conduire la calèche, guider les chevaux, et prendre les bonnes décisions. 

Il doit savoir maîtriser les chevaux s'ils s'emballent, mais ne pas les brimer. S'il sait les écouter, les nourrir et les rassurer, tout en surveillant le chemin, le voyage se passe au mieux, sans accident. Sil est trop autoritaire, ne permet pas à l'attelage de faire des pauses, ou conduit dangereusement, il peut aussi endommager la calèche. En effet, la façon dont nos émotions s'expriment, plus ou moins fortement, dépend fortement de nos pensées, de la représentation que notre mental se fait de la situation. 

 

Le passager dans la calèche est notre être profond

C'est lui qui fait le voyage.

Nous avons tendance à l'oublier, tant nous faisons de place à notre mental, le cocher. Mais il est toujours bon de se rappeler qu'il est là, et que c'est lui qui voyage. Si le cocher l'oublie, alors il perd l'objectif du trajet. En oubliant notre être profond, spirituel, nous perdons le sens de la vie.

 

L'approche holistique, ou la prise en compte de tous les plans

La naturopathie, comme toute approche holistique, prend en compte la personne dans sa globalité.

Cette métaphore de la calèche représente bien cette approche:

- Prendre soin de son corps physique, comprendre comment il fonctionne, ce dont il a besoin, pour l'entretenir au mieux et ne pas avoir à le réparer (ou pas trop souvent).

- Apprendre à écouter ses émotions, comprendre leurs messages, observer la situation qui les fait s'emballer, et prendre la bonne décision pour utiliser pleinement leur énergie.

- Savoir guider son mental, et non plus être guidé par lui, en faire son allié pour avancer au mieux sur cette route, en calmant les émotions tout en les écoutant, et en étant assez vigilant pour prendre les bonnes décisions.  

- Ne pas oublier le passager, l'être spirituel, réapprendre au cocher à l'écouter. Il lui parle souvent par ce que nous appelons l'intuition. Il peut aussi se manifester par des rêves, des créations artistiques... une petite voix qui ne demande qu'à être entendue, car elle connaît le chemin.

Il peut parfois se manifester plus fort si le cocher ne l'écoute pas, manifester son mécontentement, par un mal-être, ou des symptômes physiques.

 

La vie est une route, où plusieurs chemins sont possibles

On peut se perdre parfois, se tromper de chemin, choisir celui qui semble plus simple mais finalement ne pas s'y sentir bien.

Si vous vous sentez perdu, pensez à demander à votre être intérieur où il veut aller. Il vous rappellera d'où vous êtes parti, l'objectif du voyage, le chemin parcouru, et il vous montrera la bonne direction à prendre.

Pour changer de chemin, il faudra probablement expliquer au cocher qu'il doit faire confiance à son passager, et le cheval "Peur" risque de s'emballer un peu...

Mais très vite vous sentirez que vous êtes sur votre chemin, peut-être pas celui qu'on vous avait tracé, qui semblait si facile, il sera même sûrement pentu ou caillouteux au départ, mais vous saurez que c'est le bon.

Parce que c'est de ce chemin que vous verrez les plus beaux paysages, et que vous ferez de belles rencontres, celles-là même qui vous aideront à avancer, sur la bonne voie, sereinement, vers votre objectif de vie.

 

PS: les origines de cette métaphores viendraient de textes anciens, notamment orientaux tels les Upanishads en Inde. Elle rappelle également "l’attelage ailé de l’âme" du mythe de Phèdre. Je l'ai moi même découverte en formation de naturopathie.